Reflexion

Bienvenue sur mon blog

Archive pour octobre, 2010

Des retraites

Posté : 4 octobre, 2010 @ 1:11 dans Non classé, politique | 1 commentaire »

Je ne sais si j’ai d’auditifs délires. J’entends d’incroyables choses sur le financement des retraites à venir.

Un gouvernement nous concocte un petit arrangement provisoire.  Allongeons la période de cotisation (retardons l’âge de départ), et supprimons à terme les régimes spéciaux, ou du moins de n’en créons point d’autres. Pour ceci  la « pénibilité » n’est reconnue que si elle crée un dommage.

Bien, il paraît aux augures que cela ne ferait que retarder le problème. Comme les augures sont des augures et qu’en économie ils errent une fois sur deux, cela reste à voir.

Le délire de l’affaire est dans  l’opposition sociale organisée, généralement qualifiée de syndicats.

Cette réforme en l’état ne porte pas atteinte à la retraite par répartition. La dite opposition sociale organisée s’y oppose, c’est dans sa fiche de poste. Rien d’étonnant.

Rien d’étonnant ? Cette retraite par répartition, est, nous dit on une conquête sociale inaliénable. On peut donc s’étonner d’un tel rejet.

On la rejette car « elle fait tout reposer » sur le travailleur cotisant.

C’est la définition de la retraite par répartition ….

On la rejette car il faut financer la retraite avec les revenus du « grand capital ». Finalement heureusement qu’existe (dans les rêves syndicaux, mais l’existence rêveuse est une existence « essentielle ») « un grand capital ». Il est bien normal de faire payer « les riches », c’est sûr..

Malheureusement, faire payer « les riches » n’apportera jamais les sommes nécessaires à ce financement colossal.  Même en leur prenant « tout ». Dans l’absolu un petit effort serait sympathique. De toute façon, il n’y a rien à attendre des « riches », cf la mère Betttencourt (Loréal , c’est vrai que ça ne sent pas la rose)

Donc il faut la financer avec les revenus du capital. Il semble qu’il y ait deux possibilités en ce cas.
La première est d’augmenter les prélèvements sur la part productive de biens du capital. C’est à dire d’obérer la production des biens et services. Cela paraît étrange, puisqu’au mieux cela augmenterait le prix de production. Sans augmentation des retraites et des salaires, le pouvoir d’achat baisserait.

Qui vote pour ?

Au pire, la production des biens et services finirait d’être délocalisée, et bientôt nous auront des charters de plombiers Indiens (même plus Polonais) pour venir réparer le lavabo des retraités. Pas des salariés, il n’y en aurait plus. Tous au chomdu.

Qui vote pour ?

La deuxième est de prélever les revenus financiers qui aujourd’hui constituent l’essentiel de la trésorerie de biens des grandes entreprises. Il est déjà curieux pour des syndicalistes ou des hommes de gauche de confier les retraites à un système financier qu’on vilipende depuis des années. Le plus drôle c’est de voir les retraites entrer sur le marché financier. C’est déjà le cas ailleurs. Est ce vraiment là  l’idéal que des socialistes affirmés nous proposent ? La retraite à géométrie variable en fonction du CAC 40 et autres indices ? Fort bien quand tout va bien, il paraît aujourd’hui que tout va mal …

Non certainement. Que proposent-ils donc ?

Peut être n’ai je rien compris. Si oui, réagissez !!! Ne me laissez pas dans l’erreur !!!!

 

argentfacile100 |
La vida es un cúmulo de suc... |
dpaillas |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Serrurier lamoulen Rennes e...
| Mangua
| Mes Creations