Reflexion

Bienvenue sur mon blog

Saint Pierre n’est pas à Rome ?

Classé dans : histoire de croyances — 7 mars, 2010 @ 11:02

La succession de Pierre comme evêque de Rome fonde l’autorité papale. Pourquoi ?

Pierre (Simon, Képhas en syriaque « le Roc ») est désigné comme la  pierre sur laquelle Jésus batira son église.

matthieu

16.18
Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.
16.19
Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.

Cependant, il est assez remarquable que Matthieu soit le seul à rapporter cette parole. Si les deux autres synoptiques affirment bien que Pierre est le premier qui reconnaît Jésus comme le  Christ ,l »oint du Seigneur », la célèbre sentence n’y est pas relevée, y compris chez Marc, que la tradition dit pourtant proche de Pierre.

Dans le reste des textes du Nouveau Testament, la pierre n’est pas Pierre mais Jésus lui même, pierre angulaire sur laquelle se construit la foi.

Pierre est un roc, par sa Foi en ce que Jésus est l’oint du seigneur,  et moi Jésus j’utiliserai ce roc , cette Foi pour batir mon église. Cela ne signifie pas que la Foi construit en elle même l’église. C’est un matériau , pas un agent. L’église ne peut se construire sans la Foi en le Christ, quelque soit le statut qu’on lui donne. Mais c’est le Christ qui la construit, en utilisant la Foi de Pierre.

Quant aux pouvoirs donnés à Pierre, ils le seront aussi donnés aussi aux autres apôtres et probablement même aux simples disciples. Pierre  n’a en ce sens qu’une primauté temporelle.

Jean (20,22): « Jésus souffla sur ses disciples et leur dit: Recevez le Saint-Esprit. A quiconque vous pardonnerez les péchés ils seront pardonnés. A quiconque vous les retiendrez, ils seront retenus »

 Ceux ci sont les rocs dont Jésus construira son église, dont lui même sera la pierre angulaire.

L’interprétation « romaine » repose sur un jeu de mot qu’on ne voit pas bien dans la bouche de Jésus, et dont il ne donne aucun autre exemple. Par contre que la Foi telle que celle de Pierre soit nécessaire à son Eglise paraît plus plausible, et reste dans le cadre Evangélique où la Foi sauve par elle même.

Admettons donc que la Foi de Pierre soit le fondement de l’Eglise. Est ce que cela en fait le premier evêque de Rome ou plutôt le chef de l’église de Rome ?

Les actes des apôtres rapportent , en leur début le ministère de Pierre. Celui ci effectivement semble être celui qui organise les premiers fidèles. Il disparaît finalement rapidement de cette histoire et c’est Jacques qui paraît ensuite comme  »la » référence, en conflit avec Paul. Ce qui paraît clair, c’est le rôle essentiel  de Pierre dans le développement de l’ église d’Antioche, bien avant Rome , en tout état de cause.

Jacques, opportunément pour Rome, disparaît de l’histoire après son martyre puis l’effacement des judéo chrétiens, probablement vers la destruction du Temple en 70.

Aucun texte précoce ne justifie le rôle de Pierre à Rome. Il semble y être allé, les « actes de Pierre » , apocryphes parlent de ses démélés avec Simon le Magicien (déjà rencontré dans les actes de sapôtres) mais pas d’un ministère particulier. La tradition, et c’est raisonnable, situe son martyre à Rome. C’est plausible, s’il y était lors des premières persécutions. Mais Paul y était tout aussi sûrement et écrivait. Cela n’en fait pas le premier des papes.

Dernier argument, la première épitre de Pierre est signée lorsqu’il était « en l’église de Babylone ».  Dans tout ouvrage catholique, on indique bien « c’est à dire Rome », et parfois explique que Rome était assimilée à la nouvelle Babylone de l’Apocalypse. Outre le fait que dans l’Apocalypse, quand l’auteur parle de Rome il écrit bien « Rome » et qu’il paraît évident en lisant l’Apocalypse que la nouvelle Babylone n’est pas plus un lieu déterminé que la Jérusalem céleste n’est la Jérusalem réelle, on ne retrouve pas cette désignation de Rome ailleurs dans le Nouveau Testament. Admettons qu’il y a plus que doute…

Par ailleurs, s’il avait désigné Rome par Babylone en tant que ville chargée de tous les péchés, l’écrivain aurait-il écrit « eglise de babylone » ? Je vous écris depuis l’église de l’Enfer …. ? Peut- être de Babylone, mais l’antynomie des termes Eglise/Babylone  paraît quasi impossible à soutenir, dans un discours par ailleurs assez convenu ( du moins  aux yeux d’aujourd’hui).

Enfin, il y avait bien à l’époque une Eglise en babylonie. Contrairement à un avis répandu, si Babylone n’était plus alors  la capitale qu’elle fut des siècles auparavant,  le temple astrologique qui y était était encore en fonction à l’ère chrétienne, comme Pline l’Ancien le rappelle, et il existe des tabelettes cunéiformes précisément datées de 67 ap JC trouvées sur le site.

L’Eglise de Babylone, selon le site du Diocèse de Paris, fut fondée par Thomas , probablement sur la route des Indes et est à l’origine de l’eglise chaldéenne acruelle. Pierre peut parfaitement s’y être déplacé et  y avoir dicté son épitre, sans chercher à faire dire aux mots ce qu’on veut qu’ils disent.

 A ce stade, le doute est pour le moins permis.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

argentfacile100 |
La vida es un cúmulo de suc... |
dpaillas |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Serrurier lamoulen Rennes e...
| Mangua
| Mes Creations